Scroll Top

Dorsale transsaharienne à fibre optique

Le projet de la « Dorsale transsaharienne à fibre optique » s’inscrit dans le cadre de l’initiative du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique « NEPAD » reliant six pays : l’Algérie, le Niger, le Nigéria, le Tchad, le Mali et la Mauritanie.

La dorsale est un projet à valeur ajoutée et d’une rentabilité économique considérable pour les pays suscités qui aspirent à dépasser la connectivité internet afin de développer une économie numérique.  Cette dorsale est également une prouesse fondamentale de grande valeur qui vient appuyer les initiatives de complémentarité dans le continent africain notamment les pays frontaliers de l’Algérie.

Par ailleurs, ce projet va contribuer à réduire les déséquilibres de développement dans les pays africains à travers l’encouragement de l’innovation parmi les jeunes non connectés à internet auparavant, pour leur permettre de promouvoir leur produits et services dans le monde, pour répondre, ainsi, aux objectifs 9 et 10 du développement durable définis par l’ONU dans son plan d’action 2030.

En vue de coordonner et de poursuivre les travaux du projet, un comité dit « le Comité de Liaison de la Dorsale Transsaharienne à fibre optique (CLDT) » a été créé pour siéger en Algérie.

Ledit comité vise à examiner et à réaliser la Dorsale entre les pays membres, ainsi, il a pour mission de:

  • participer à chercher le financement auprès des entreprises nationales, régionales et internationales,
  • coordonner et harmoniser les tracés du projet parmi les pays membres,
  • échanger le savoir-faire dans le domaine du développement d’une économie numérique parmi les pays membres,
  • collecter et échanger les informations techniques, économiques et scientifiques avec les pays intéressés par ledit projet, partant de l’esprit des engagements politiques et socio-économiques pris par les pays susmentionnés.

Dans cet état d’esprit, l’Algérie a parachevé les travaux sur ses terres dans le respect des normes techniques et écologiques reconnues mondialement, sachant que 2549km de la fibre optique ont été déployés pour relier Alger à In-Guezzam sur les frontière algéro-nigérienne, outre l’extension d’une autre ligne jusqu’à la wilaya de Tindouf sur les frontières algéro-mauritanienne.

Concernant le reste des pays, le projet avance d’un rythme soutenu et les pays concernés coordonnent les uns avec les autres dans le cadre des travaux du comité en vue de définir les tracés du passage de la fibre optique et trouver les moyens adéquats de financement.

L’Algérie ambitionne, à travers ce projet structurant, de devenir un pôle régional en matière de télécommunications et des TIC. A cet effet, elle accompagne les pays partenaires dans le parachèvement du reste des tronçons traversant ses terres, tout en invitant les pays ne disposant d’aucune bande côtière, à exploiter ses propres capacités de la bande passante internationale la reliant au réseau internet via les câbles sous-marins.