Scroll Top

L’optimisation et la mutualisation des infrastructures de télécommunications

Dans le cadre des efforts fournis à l’effet d’améliorer le cadre de vie du citoyen et de fournir les services nécessaires notamment dans les domaines de la poste et des télécommunications, notre secteur coordonne de façon régulière avec les autres secteurs en vue d’atteindre cet objectif.

Ainsi, deux circulaires interministérielles (02) ont été signées à fin janvier 2021, portant sur la densification et le développement des réseaux des télécommunications afin d’améliorer la qualité des services fournis aux citoyens.

La première circulaire a été signée entre les secteurs de la poste et des télécommunications, de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire et des ressources en eau. Il s’agit ici de la définition des conditions et modalités de location par les collectivités locales et des entreprises chargées des infrastructures en eau au profit des opérateurs des communications électroniques, d’une partie de leurs bâtiments, terres ou de l’infrastructure éligible pour la mise en place des stations de radiocommunicationspour la fourniture des services de communications électroniques ouverts aux public, dans l’optique de cadrer les relations de travail et de coordonner entre les secteurs concernés. Ceci permettra d’exploiter les biens immobiliers et  les infrastructures éligibles pour l’installation des stations de radiocommunications pour couvrir les zones dépourvues de couverture réseau, et pour intensifier la couverture dans lesdites régions, ce qui constitue l’objectif à atteindre conformément aux conventions cadre entre les parties prenantes.

Quant à la deuxième circulaire, elle a été signée entre les secteurs de la poste et des télécommunications, de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, des travaux publics, des transports, de l’habitat, d’urbanisme et de la ville. Cette circulaire porte sur la définition des modalités et procédures d’affectation et de liaison des projets des logements sociaux, la réalisation des équipements et des installations publiques, l’aménagement des routes, des autoroutes et le développement urbain via les réseaux de communications électroniques.

Les deux circulaires visent à encadrer les relations des secteurs susvisés, en renforçant la coopération et la coordination entre eux pour mener à bien les projets vitaux relatifs au service public notamment dans le volet des télécommunications, à l’instar de l’intégration préalable des infrastructures de base des communications électroniques dans les cahiers des charges relatifs aux domaines de l’habitat, de l’urbanisme, des travaux publics et d’aménagement du territoire, tels que la planification et l’urbanisme, la planification des villes nouvelles et des pôles urbains, l’occupation des sols, la planification des routes et des autoroutes, la construction de chemins de fer ainsi que la liaison des zones rurales avec les différents réseaux.

Ceci permettra aux opérateurs de télécommunications de déployer la fibre optique directement après la mise en œuvre des projets d’aménagement, et donc de rationaliser les dépenses publiques, d’une part, et d’assurer la couverture téléphonique d’une manière rapide et globale, d’autre part, tout en assurant la connexion instantanée des citoyens sans mener des travaux de terrassement susceptibles de déranger les habitants, d’affecter d’autres réseaux ou de provoquer la dégradation de l’environnement.