Scroll Top

Accompagnement et appui au secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Considérant les exigences de la relance de la dynamique de partenariat entre le ministère de la poste et des télécommunications et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour la mise en œuvre des politiques sectorielles communes, les deux secteurs œuvrent selon une approche garantissant la mobilisation des efforts, des moyens et des ressources. A cet effet, des conventions cadre ont été signées dans cette perspective et d’innombrables initiatives ont été lancées.

En 2021, une convention cadre a été signée entre les deux secteurs ministériels dans le domaine de la consolidation des infrastructures et des réseaux de télécommunications via internet à  haut débit et à très haut débit , ainsi que de l’encouragement , de promotion et de développement de l’activité scientifique des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, étant le vecteur et le moteur du développement national, ce qui permettra d’encourager et de développer toutes les activités scientifiques encadrées par les institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, notamment les chercheurs, les étudiants d’élite et la formation des jeunes catégories.

D’autres part, Algérie Poste a signé une convention avec le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique sur la définition des conditions générales régissant le service de paiement par les étudiants des frais d’inscriptions universitaires au niveau des bureaux de poste, à distance ou en ligne par la carte Edahabia.

Ainsi, à l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, l’on compte 2.3 millions d’opérations de paiement en ligne des frais d’inscription (et de réinscription), du transport et d’hébergement, pour la première fois, alors qu’il s’agissait uniquement du paiement des frais d’inscription des nouveaux étudiants, auparavant.

Le nombre des opérations effectuées a enregistré une nette amélioration d’environ 19 fois par rapport à l’année 2022 qui a connut 125.618 opérations, alors que ce nombre là était de 99.666 opérations en 2021 et 64.786 opérations en 2020.

L’entreprise Algérie Télécom a également signé une convention avec le centre de recherche sur l’information scientifique et technique portant sur la définition du cadre général de l’opération de modernisation du  cœur du réseau académique relevant du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Par ailleurs, les deux secteurs ont organisé un atelier dédié au développement des talents et compétences dans les TIC et à l’écosystème adéquat à l’encouragement du développement d’une économique numérique en Algérie, en collaboration avec le cabinet conseil Deloitte Algerie, visant à analyser l’adaptabilité des demandes en compétences formulées par les secteurs public et privédans le domaine des TIC ; et ce avec la participation des représentants des ministères concernés en charge notamment de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de l’emploi, des finances, de l’énergie, de la numérisation, des startups, des énergies renouvelables ainsi que des représentants d’institutions et d’organismes tels que l’Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques (ARPCE), l’Agence spatiale algérienne (ASAL), l’Autorité gouvernementale de certification électronique (AGCE), le Conseil national économique, social et environnemental (CNESE) et des centres de recherche tels que le Centre de recherche en information technique et scientifique (CERIST) ainsi que le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD).

A la lumière des recommandations  issues et les résultats des analyses effectuées par les acteurs concernés, il a été convenu d’écrire « un livre blanc sur le développement des talents et métiers dans les TIC en Algérie », portant sur les recommandations adressées à toutes les parties prenantes concernées par la formulation des plans stratégiques dans le domaine des talents actifs dans les TIC en vue de la meilleure réponse aux  conséquences du développement d’une économie numérique en Algérie.