Scroll Top

Coopération bilatérale

Le Ministère  de la Poste et des Télécommunications veille à mettre en œuvre le plan d’action du Gouvernement et promouvoir le partenariat et l’investissement extérieur dans les domaines de la poste et des technologies de l’information et de la communication, en coordination avec ses institutions et ses différentes parties prenantes, à travers, la participation aux commissions mixtes et aux hautes commissions, la conclusion d’un nombre important de mémorandums d’entente et accords et le suivi de leur exécution.

Les accords conclus ont pour but de moderniser l’infrastructure des télécommunications, d’étendre la connectivité et de promouvoir l’innovation technologique. Pour certains, ils encouragent la collaboration internationale dans la recherche et le développement technologique en permettant aux entreprises de s’associer avec des partenaires étrangers pour innover et développer de nouvelles technologies.

Ils offrent également l’échange d’expérience en vue de l’accès aux technologies émergentes, l’appropriation des nouvelles technologies, des opportunités de renforcement de capacités nationales et une meilleure intégration dans l’économie numérique mondiale.

Les accords de coopération engagés par notre secteur encouragent également le transfert de technologie et de savoir-faire. Ils incluent des dispositions liées à la protection de la propriété intellectuelle et des incitations pour les entreprises étrangères à partager leurs compétences technologiques avec des partenaires nationaux.

Parmi ces textes, il y a ceux qui ont illustré leur réussite dans la section opérationnelle du secteur, où la coopération entre nos opérateurs économiques avec des entreprises étrangères a permis d’introduire des technologies de communication avancées, d’élargir la couverture réseau, et de proposer des services innovants aux Algériens. Par ricochet, ces réalisations ont favorisé la croissance du secteur et amélioré l’accessibilité des services de communication.

Un nombre de Mémorandums d’Entente, d’Accords et de Conventions dans le domaine de la poste et des télécommunications a été signé entre l’Algérie et ses partenaires mondiaux. Un autre nombre est en cours d’analyse, de révision ou de lancement.

Il conviendrait de mentionner par ailleurs, que la mise en place de ces instruments juridiques de coopération est précédée par l’identification optimale des besoins et ciblage des priorités quant à l’apport en assistance technique, transfert de savoir-faire et de transfert technologique, du partenaire étranger ; L’objectif principal étant de soutenir et de développer les capacités technologiques ainsi que les capacités productives de nos parties prenantes.

Dans un deuxième temps, il est procédé à des concertations avec ces entités considérées comme intervenants en charge de la mise en œuvre des programmes de coopération ciblés et identificateurs des partenaires étrangers idoines dans leur exécution.

Les instruments juridiques institutionnels conclus sont les suivants :

–  Mémorandum d’entente algéro-égyptien, dans le domaine de la Poste et TIC. Signé au Caire, le 20.06.2023, en voie de ratification par le Chef de l’Etat

  • Le texte vise notamment l’échange d’expériences et de connaissances afin d’améliorer l’accès à l’Internet pour les particuliers et les institutions publiques et privées à des prix raisonnables et d’améliorer l’efficacité du haut débit d’une manière qui aide les deux parties à attirer positivement les investissements et à accroître leur contribution.

–  Mémorandum d’entente algéro-nigérien, dans le domaine de la poste et des TIC. Signé à Niamey, le 16.03.2017, et entré en vigueur le 24 Janvier 2018 par décret présidentiel n°18-47

  • Le texte vise notamment la Promotion de l’investissement dans le domaine des télécommunications à travers :
    • L’encouragement de visites d’hommes d’affaires activant dans le domaine des TIC et d’échanges de personnels technique et d’encadrement ;
    •  La fabrication des câbles, fibres, et accessoires pour l’industrie de la téléphonie.

–  Accord de Coopération algéro-hongrois, dans le domaine des TIC signé à Alger, le 5.12.2017, et entré en vigueur le 15 octobre 2018 par décret présidentiel n° 18-260

  • Le texte vise notamment la Facilitation des investissements dans les entreprises conjointes et la réalisation des programmes, des colloques, des séminaires, des conférences et des expositions au besoin.

– Accord de Coopération algéro-mauritanien, dans le domaine de la Poste et des TIC, signé à Alger, le 20.12.2016, et entré en vigueur le 15 Septembre 2020 par décret présidentiel n° 20-260

  • Le texte vise notamment :
    • Le soutien aux investissements mutuels, de la coopération économique et des projets communs qui soutiennent et développent les secteurs des services postaux et des technologies de l’information et des communications dans les deux pays ;
    • L’encouragement des opérateurs dans le domaine des technologies de l’information et de la communication à mettre en place des projets de partenariat afin de renforcer les échanges commerciaux et de faciliter l’accès au marché local et le transfert des connaissances après l’élaboration et l’approbation des études économiques en tenant compte des lois et règlements en vigueur dans les deux pays.

–  Mémorandum d’entente algéro-Malien, dans le domaine de la poste et des TIC, signé, à Alger, le 13.02.2017

  • Il vise notamment le soutien aux investissements mutuels dans le domaine des télécommunications dans les deux pays.

– Mémorandum d’entente algéro-Congolais, dans le domaine de la poste et des TIC, signé, à Alger, le 28.03.2017

  • Il promeut entres autres les investissements dans le domaine des télécommunications dans les deux pays.

Par ailleurs, Des actions pérennes sont assurées par notre département pour l’accélération de la procédure de finalisation de quinze  (15) instruments juridiques, soumis par l’Algérie et les pays partenaires, en cours de négociation.

Enfin, des actions sont entreprises avec la Hongrie, l’Egypte et la Chine pour l’accélération de la procédure d’institution et d’installation de comités de suivi et de mise en œuvre des instruments juridiques signés.